Rejointoiement

Définition
Rejointer consiste à réaliser des joints, c’est à dire à combler les espaces vides entre les pierres ou les briques foraines d’une façade. On peut rejointoyer un mur neuf ou, après dégarnissage des joints usagés, un mur ancien à restaurer.

Le rôle du joint est multiple :

  • Protection contre les infiltrations d’eau.
  • Protection phonique et thermique.
  • Rôle esthétique de mise en valeur des pierres ou des briques foraines d’une façade.

Mortier
Le choix du mortier à préparer s’effectue en fonction de la dureté du matériau à rejointer et de la composition du mortier de montage utilisé.
Pour la construction neuve, il est conseillé de choisir de préférence un liant similaire à celui utilisé pour le montage du mur. Lorsque ce dernier est un mortier bâtard (chaux + ciment), il préférable de rejointoyer avec un mortier de chaux hydraulique ou aérienne ou avec un mortier bâtard très faiblement dosé en ciment.

Si le mortier de montage est un mortier de chaux, ne pas utiliser de ciment dans le mortier de rejointoiement.
En restauration du bâti ancien, on utilisera de préférence un mortier de chaux, afin de préserver durablement le mur et les matériaux qui le constituent.


Pourquoi employer un mortier à base de chaux ?

  • La chaux respecte parfaitement tout type de support. Elle peut être retirée à tout moment sans conséquence pour les autres parties d’un ouvrage. C’est pourquoi elle est fortement recommandée en restauration.
  • La chaux est un produit naturel et biologique.
  • Elle s’adapte aux mouvements du bâti et évite l’apparition des fissurations dans les murs.
  • Perméable à la vapeur d’eau, elle est imperméable à l’eau, laissant ainsi respirer les murs, qui absorbent l’humidité intérieure et la rejettent vers l’extérieur.
  • Les mortiers à la chaux se teintent facilement et permettent d’obtenir toutes les teintes souhaitées.
  • Les mortiers de chaux sont faciles à mettre en œuvre.

Préparation du support
Sur mur neuf : Arroser les joints à refus la veille de l’application.
 
Sur mur ancien : Dégarnir les joints sur une profondeur de 1 à 3 cm et retirer les pierres ou les briques dégradées.

  • Nettoyer le mur au moyen d’une sableuse ou à la brosse.

  • Remplacer les pierres ou briques manquantes. Attendre 3 jours avant de rejointoyer.

  • Arroser les joints à refus la veille de l’application.
 

Exécution du rejointoiement

  • Garnir les joints de mortier.

  • Retirer l’excédent de mortier au fur et à mesure.

  • Effectuer la finition désirée.

  • Au besoin, nettoyer le mur après le rejointoiement.
 

Choix de la finition

  • Joints beurrés ou lissés : Ils s’exécutent avec un fer à joints sur le mortier frais.

  • Joints brossés : Ils s’effectuent avec une brosse à chiendent ou un balai, lorsque le mortier a commencé sa prise mais reste souple.

  • Joints grattés : Ils sont réalisés avec une brosse métallique sur un mortier sec.

  • Joints sablés : Ils s’obtiennent après durcissement du mortier au moyen d’une sableuse (sur pierre dure uniquement)